Home


Félicia Atkinson

Née en 1981 à Paris.



UNVEILING
(REFLECTIONS ON SCAPE)
Cycle de trois présentations, commissariat de Andrea Rodriguez Novoa

1# Félicia Atkinson
 « Chance or Indeterminacy »
Sujet récurrent tout au long de l’histoire de l’art, la représentation du paysage a été longuement perçue en tant qu’acte de reproduction de la nature. Dépassant cette dimension contemplative, l’observation du paysage va par la suite acquérir une valeur constructive. L’aphorisme mallarméen : « On ne peindra pas la chose, mais l’effet qu’elle produit » pourrait être considéré comme précurseur d’une conception contemporaine de l’art en tant que véritable processus de création. Il vient constituer une rupture essentielle où la représentation devient un exercice intellectuel. La représentation prend dès lors une nouvelle ampleur en tant que réflexion créatrice à proprement parler.
UNVEILING (REFLECTIONS ON SCAPE) explore les processus de représentation du paysage les considérant comme une « hétérotopie» en ce qu’ils créent un espace réel, un espace qui est autre. Le mot paysage s’éloigne ici de sa connotation naturelle se déclinant, et prenant tout son sens dans sa traduction anglaise landscape (point de vue sur un territoire). Dans une émission radio de 1966, Michel Foucault caractérise les « hétérotopies » d’une manière moins académique les définissant comme « des sites qui sont incorporés dans des aspects et étapes de notre vie et qui reflètent en quelque sorte et en même temps défigurent, déstabilisent ou inversent les autres les espaces. » Dévoilant le regard de l’artiste, les vidéos montrées examinent les différentes couches de signification du paysage, et sa représentation en tant qu’espace ultime d’altérité, qui n’est ni ici, ni là, à la fois physique et mentale.
La représentation devient alors un moyen d’exploration pour l’artiste lui permettant d’avancer en envisageant des hypothèses, en imaginant de nouveaux scénarios. La discontinuité temporelle de l’image en mouvement ouvre des possibilités de discours, par lesquelles l’image va acquérir une valeur et une identité permettant à l’artiste, non seulement de nous raconter le paysage contemporain mais de contribuer à sa construction.
Dans un autre glissement de signification le titre du projet fait référence aux différentes traductions françaises du terme anglais REFLECTION : reflet, réflexion et remarque. REFLECTION vient jouer sur cette signification multiple incluant le mode de représentation du paysage des artistes contemporains. Les artistes invités à l’occasion de ce cycle de présentations emploient l’image en mouvement pour créer des paysages et ouvrir une réflexion sur un territoire autre, suspendu entre l’espace et le temps.

Pour cet premier volet de UNVEILING (REFLECTIONS ON SCAPE) à PRIMO PIANO, Félicia Atkinson présente son projet CHANCE OR INDERTEMINACY et nous montre la vidéo portant le même titre Chance or Indeterminacy (2015), accompagnée d’un livre d’artiste et une série de dessins et d’impressions sur plaque d’aluminium.
J’ai rencontré l’artiste pendant un séjour à Rennes, grâce au programme de résidences GENERATOR, et son travail m’a interpellé instantanément, notamment en ce qui concerne son regard sur le territoire. Sa recherche plastique et musicale révèle une pratique forte, intense, réflexive et formellement très riche. Installation, peinture, impression, texte, sculpture, son, composent la grammaire d’un langage artistique qui explore improvisation, indisciplinarité, abstraction, fiction, assemblage, bruit, poétique…
À travers ces médiums multiples, elle s’interroge entre autre sur les lieux et les déplacements du sonore. Ce sont les questions reliées au temps, découlant de sa quête sur le son, qui façonnent sa manière de raconter l’espace. Sa recherche, volontairement éclatée et disparate, se développe notamment à travers des expéditions régulières en Oregon, au Nouveau-Mexique, en Arizona ou en Californie ; c’est dans ces deux derniers lieux qu’elle a tourné une partie du film Chance or Indeterminacy.

Andrea Rodriguez Novoa